Il est 18h30. 

Je suis dans la cuisine chez mes parents, face à mon petit tableau noir!

Je m'accroche à ma craie tellement fort que je transpire de la main, et j'ai l'impression quelle fond...J'ai envie de pleurer, mais je me retiens car je sais que ça va décupler sa colère.

"Putain mais c'est pas possible ça! T'es conne où tu le fais exprès pour m'emmerder?"

Je sais qu'il ne faut pas répondre, ni lever les yeux vers lui, sinon ça va être pire!

Lui c'est G, mon beau-père. Il m'élève depuis qu'il est avec ma mère, depuis mes deux ans. Pour moi c'est mon père et je l'appelle PAPA.

"C'est pas compliqué quand même! A-Vec! Tu vas me l'écrire ce putain de mot où je t'en colle une!"

Je regarde l'océan noir de mon tableau, je sens qu'il m'attire vers le fond, décuplant mon désespoir de seconde en seconde...ce cirque a commencé vers 18h. Je le sais car le monsieur de la radio l'a dit quand mon père m'a fait venir devant mon tableau.

J'ai écrit le A et le V  en m'applicant le plus possible! Oui mais le son "èque"...

Il tourne et grogne autour de moi...je sens ma respiration de plus en plus difficile.

Ma mère continue d'éplucher ses légumes sans sourciller. J'abandonne le fol espoir d'avoir de l'aide de ce côté là.

La craie me fait mal, mais je n'arrive pas à desserrer ma main...je m'y accroche comme à un radeau au milieu de la tempête.

Je pense que c'est ce jour là que j'ai commencé à avoir des dialogues intérieurs;

"Aller Emilie, elle a dit quoi la maîtresse, rappelle toi! Sur le tableau, il y avait quoi? Ha oui AIQUE!"

AIQUE vient rejoindre AV sur le tableau, la craie grince comme pour exprimer ce cri intérieur, un cri d'espoir! Le soulagement!

L'espoir que cette torture prenne fin!

"Putain mais c'est pas vrai! Tu le fais exprès!"

Il me bouscule et efface AVAIQUE avec  rage!

"Arrête de te foutre de moi maintenant. Et arrête de chialer ou je t'en colle une comme ça tu sauras pourquoi tu pleures!"

Je suis abasourdie...je sens une goutte sur ma main...il a raison je pleure! Je suis tellement en stress que je ne m'en étais même pas rendu compte! Les larmes coulent silencieusement sans que je puisse reprendre le contrôle.

La chienne jappe, quelqu'un arrive. C'est le père de mon père, mon grand-père. Il jette un oeil, il comprends mon regard désespéré, il a un truc à montrer à mon père. Ils quittent la cuisine. Mon grand-père, c'est le seul de la famille qui croyait que je valais quelque chose et que j'étais plus intelligente que ce que pouvait croire les autres.

Je reste pétrifiée "Réfléchis!...elle a dit quoi la maîtresse...". Rien ne vient! Le néant! J'ai une drôle de sensation dans la poitrine.

Crissement des pieds de chaise sur le carrelage...je ne regarde pas vers elle. Je fixe le tableau qui commence sérieusement à tanguer!

"Vous commencez vraiment à me faire chier tous les deux! Je peux même pas entendre ma radio! Avec ça commence par AV, il y a 4 lettres, et la dercière c'est C! Tu vas peut-être faire un effort et trouver la dernière lettre maintenant!"

Bon, visiblement c'est de ma faute tout ça!

Je note vite AV.C...Et là c'est la révélation, le flasch! Je revois la maîtresse au tableau qui trace le E...

Le présentateur de RTL donne l'heure: il est 19h!

Cela fait donc une heure que je m'en prends plein la figure, plein les oreilles!

Mon père revient...la douleur dans la poitrine aussi! Adulte, je comprendrais que cette douleur, c'est de l'angoisse et de la peur mélangées!

Et si je me suis encore trompée! Qu'est ce que je vais devenir?!

"Tu vois que tu le faisais pour m'emmerder! Tu croyais peut-être que t'allais avoir le dessus? La provocation ça marche pas avec moi!Arrête de chialer je te dis! Dégage, je veux plus te voir!"

Je sors de la cuisine la tête basse...ne pas croiser leur regard...

En temps normal, je serais allée jouer à la balançoire, dans le jardin. Mais là, je n'ai pas le coeur à m'amuser. Je monte dans ma chambre, je prends ma poupée de chiffon, je la presse contre mon coeur sérré par le chagrin et je pleure en silence...je tente de me consoler comme je peux. 

Le problème c'est que je n'arrive pas à comprendre ce que j'ai fait de mal...je sais que tout est de ma faute, mais j'arrive pas à savoir pourquoi...

19h30

"A Taaabbbllleee!"

Mon frère et moi mangeons seuls le soir, les parents buvant leur apéro bien mérité après une journée de boulot et après nous avoir supportés! En réalité, à cette époque là, ils nous voient 2h30 par jour!

Mon père fait comme si de rien n'était, mais moi je continue de marcher sur des oeufs...ne sachant toujours pas l'origine de sa colère, je me dis que ça peut repartir donc prudence.

20h

Au lit!

20h05

Là, dans la sécurité de mon lit, dans le noir de ma chambre, ma poupée contre mon coeur, je dessine le mot AVEC dans ma tête, encore et encore, jusqu'à en tomber de sommeil. Je ne veux pas qu'il s'efface! Comme ça quand papa me demandera de l'écrire sur mon tableau demain, il sera fier de moi car je le ferais rapidement et sans faute.

Je m'appelle Emilie, j'ai 6 ans et je suis au CP depuis 2 semaines!

Je sais que quelque chose d'important s'est passé ce soir! Je sais que c'est grave, je crois que c'est de ma faute! J'ai un peu peur car j'ai mal dans la poitrine! Pas comme tout à l'heure...c'est différent...Mais maintenant, je sais écrire AVEC, alors je suis rassurée, tout va bien se passer demain!

Je m'appelle Emilie, j'ai 38 ans. Ma pauvre petite chérie, si seulement je pouvais te prendre dans mes bras et te serrer contre mon coeur, te dire que ce n'est pas ta faute! Tu n'as rien fait de mal! Le CP c'est un apprentissage parfois difficile! 

Tu ne le sais pas encore, mais aujourd'hui c'était ton dernier jour d'insoucianse, et le premier jour d'une longue série d'insultes en tout genre! Demain tu seras devant le tableau dans la cuisine...seul hic, c'est pas le mot AVEC qu'il faudra écrire!

Tu ne le sais pas encore mais cette douleur dans la poitrine, c'est ta confiance en toi qui vient de se briser. J'aimerais pouvoir te dire qu'elle est réparable, mais je n'en sais encore rien, car je n'ai toujours pas réussi à la rafistoler!

Chère petite Emilie, sache que tu es une maman attentive à tes deux garçons, et que tu essaies toujours de trouver des petites astuces pédagogiques pour leurs devoirs! Car le côté positif de cette histoire, c'est que toi tu sais que l'on ne peux pas tout savoir, et que l'erreur fait partie de l'apprentissage! Un enfant qui se trompe ne le fait pas pour embêter l'adulte!

Je suis désolée mais ta scolarité sera laborieuse! Mais grâce à ça, tu auras pris l'habitude de travailler consciencieusement, et rapidement, tu vas développer une capacité d'analyse rapide et efficace! Rien ne t'échappe et c'est pour cela que tu es une bonne infirmière!

Si tu n'avais pas souffert comme cela, tu ne serais pas qui tu es! Et ce serait dommage quand même!

Parce que aujourd'hui, tu es avec un homme adorable et tu attends ton troisième enfant, et c'est grâce à ce chemin de vie que tu es là où tu en es!

Ce sera dur, mais ça passera!

Et vous, vous rappeler vous du jour où tout à basculé?